Marc Langlois – Société – février 2022 

Depuis 1995 au Canada (et depuis 2007 au Québec), le mois de février est le Mois de l’histoire des Noirs où l’ensemble de la population est invitée à reconnaître et à souligner les contributions importantes des communautés noires dans les sociétés québécoise et canadienne. Cette année, le Mois de l’histoire des Noirs a pour thème « En février et en tout temps : célébrons l’histoire des communautés noires aujourd’hui et tous les jours ». Si certains se demandent encore pourquoi il n’y a pas de « Mois de l’histoire des Blancs », c’est parce que justement, le mois de l’histoire des Blancs est à tous les mois de l’année et que dorénavant, il faudrait tenir compte d’une diversité de perspectives et de contributions historiques. Or, d’autres personnes peuvent se demander en quoi elles sont concernées par ce mois commémoratif et ce qu’elles peuvent faire; voici quelques pistes de réflexion.

Affiche 2022 du mois de l’histoire des Noirs par Williamson Dulcé.

D’abord une question de reconnaissance

Au-delà de la dénonciation des discriminations passées et actuelles vécues par ces communautés, l’objectif de ce mois commémoratif est d’abord de reconnaître et de valoriser leurs nombreuses contributions culturelles, politiques, sociales, historiques et économiques. En mettant à l’ordre du jour les nombreuses réalisations de leurs leaders, il est possible d’offrir un portrait réaliste et contemporain des communautés noires tout en sensibilisant et en éduquant l’ensemble de la société, peu importe l’origine ethnique. C’est en ayant un portrait plus juste de ces communautés et en connaissant mieux leurs réalités qu’il sera possible de combattre les stéréotypes, les préjugés, le racisme et autres formes de discriminations tenaces à leur égard.

Avant de « faire », il faut « savoir » et « être »

À terme, l’objectif est de favoriser l’inclusion et le vivre ensemble tout en luttant contre la discrimination et le racisme. Or, notons que ce mois est d’abord et avant tout une occasion d’adopter une posture adéquate préalable à toute action solidaire. C’est le temps d’être humble devant notre ignorance, d’être à l’écoute, d’être disposé à apprendre et d’être respectueux. Cette posture implique aussi d’avoir le courage d’affronter le malaise ou la culpabilité que certaines conversations difficiles peuvent provoquer. La question n’est pas tellement ce que vous pouvez faire mais plutôt ce que vous pouvez apprendre et ce que vous pouvez être ou devenir.

Être un.e allié.e

Le Mois de l’histoire des Noirs est une excellente occasion pour en apprendre sur ces communautés et pour effectuer un travail introspectif sur nos manières d’être. En ce mois de février, profitons de l’occasion pour écouter les leaders de ces communautés et pour participer à la programmation des activités dans nos milieux de vie respectifs. De cette manière, « en février et en tout temps », nous serons mieux outillés pour agir en tant qu’allié.es anti-racistes. Nous serons davantage compétent.es dans nos discussions, nos dénonciations, nos actions militantes afin de finalement faire comprendre aux personnes qui se demandent encore pourquoi il n’y a pas de « Mois de l’histoire des Blancs » que c’est une question d’équité et de richesse collective.

Commentaires

Je m'abonne à l'infolettre

« * » indique les champs nécessaires

Acceptation des termes*
Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.

Je m'abonne à l'infolettre