Les personnes atteintes de TDAH rencontrent des difficultés d’attention, d’impulsivité et parfois d’hyperactivité, impactant leur vie sociale, scolaire et professionnelle. Bien que ce trouble soit plus fréquent chez les enfants, il persiste chez environ 50 % des adultes ayant reçu un diagnostic durant l’enfance. Environ 4 % de la population adulte est affectée.

Comprendre le TDAH 

Les personnes atteintes de TDAH peuvent avoir du mal à se concentrer, organiser leurs tâches et respecter les délais, ce qui entraîne des défis dans plusieurs sphères de la vie, notamment au travail. L’inattention complique la gestion de projets complexes, entraînant des erreurs ou des oublis fréquents, comme oublier des étapes importantes ou des détails cruciaux. L’impulsivité conduit à des interruptions fréquentes, des décisions hâtives et des réactions émotionnelles fortes, affectant les relations avec les collègues. L’hyperactivité se manifeste par une agitation constante et une difficulté à rester en place, parfois perçue comme perturbatrice, ce qui rend difficile la participation à des réunions prolongées ou la concentration sur certaines tâches. Ces comportements peuvent varier considérablement d’une personne à l’autre. Cependant, les personnes vivant avec un TDAH possèdent des forces uniques, telles que la créativité, la pensée non conventionnelle et la capacité à trouver des solutions innovantes. Leur pensée divergente peut conduire à des idées novatrices et des approches originales pour résoudre des problèmes complexes, qualités particulièrement précieuses dans des environnements de travail valorisant l’innovation et la créativité. 

Les femmes sous-diagnostiquées

Le TDAH chez les femmes est souvent moins diagnostiqué, notamment parce que les symptômes peuvent se manifester différemment par rapport aux hommes. Les femmes tendent à présenter des signes d’inattention plutôt que d’hyperactivité, ce qui les rend moins visibles. Elles sont souvent perçues comme rêveuses, distraites ou non organisées plutôt que comme hyperactives ou impulsives. Selon l’Association québécoise des neuropsychologues (AQNP), ces différences symptomatiques conduisent à des diagnostics manqués ou tardifs, ce qui peut engendrer des conséquences importantes sur la vie de ces femmes. Les stéréotypes de genre jouent un rôle crucial dans le sous-diagnostic du TDAH chez les femmes. Les comportements de distraction et de rêve éveillé chez les filles sont souvent perçus comme des traits de personnalité acceptables plutôt que comme des symptômes de TDAH. De plus, les filles sont socialisées à être plus calmes, ce qui peut masquer les symptômes. Les critères diagnostiques sont aussi basés sur des études menées principalement sur des garçons, ce qui conduit à des diagnostics manqués ou tardifs chez les filles et les femmes. Un diagnostic tardif du TDAH chez les femmes peut entraîner des répercussions profondes sur leur vie. Sans un diagnostic et un traitement appropriés, ces femmes peuvent souffrir de faible estime de soi, d’anxiété, de dépression, et d’autres problèmes de santé mentale. Elles peuvent également éprouver des difficultés à maintenir des relations stables et à gérer les responsabilités professionnelles et familiales. 

 

L’inclusion en milieu de travail

Pour favoriser l’inclusion des personnes atteintes de TDAH en milieu de travail, il est essentiel de mettre en place des stratégies adaptées à leurs besoins spécifiques. Un environnement de travail structuré et organisé peut grandement aider. Par exemple, l’utilisation d’outils de gestion du temps comme des applications de planification et des rappels automatisés pour suivre les tâches et respecter les délais peut être adaptée. La création d’un espace de travail calme et sans distractions, tel que des bureaux fermés, peut également améliorer la concentration. Des horaires de travail flexibles et des pauses régulières peuvent permettre de mieux gérer son énergie et son attention. Il est aussi primordial de communiquer de manière claire et régulière, avec des rétroactions constructives et des instructions détaillées. Des réunions de suivi fréquentes peuvent aider à identifier les obstacles et à ajuster les stratégies en conséquence. La sensibilisation du personnel aux défis et aux forces des collègues atteints de TDAH, par le biais de formations spécifiques, peut promouvoir une culture de soutien mutuel. Encourager les personnes vivant avec un TDAH à exploiter leurs points forts, comme la créativité et la pensée innovante, peut enrichir l’équipe et stimuler l’innovation. En adoptant une approche inclusive et personnalisée, les entreprises peuvent non seulement aider leur personnel à s’épanouir, mais aussi bénéficier de ses contributions uniques et précieuses. Une gestion efficace des forces et des défis peut conduire à un environnement de travail plus dynamique et créatif, tout en maximisant la productivité et le bien-être de l’ensemble de l’équipe. Et toutes ces adaptations seront aussi bénéfiques à l’ensemble des équipes de travail, TDAH ou pas! 

Je m'abonne à l'infolettre

« * » indique les champs nécessaires

Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.

Je m'abonne à l'infolettre