Virginie Lessard – Caisse d’économie solidaire – novembre 2021 

Ce n’est un secret pour personne, la pandémie de la Covid-19 a amené son lot de cauchemars au sein des CHSLD.

L’entreprise appelée jadis Ménagez-vous, qui œuvre depuis 20 ans dans le secteur de l’entretien à domicile ayant pour but de donner un coup de main aux familles et aux aînés, s’est penchée sur le phénomène et a revu sa mission et son offre de services.

Depuis le printemps 2021, l’entreprise d’économie sociale du réseau des ÉESAD se repositionne pour offrir un soutien à domicile centré uniquement sur les personnes âgées de 65 ans et plus dans le besoin. Leur offre de services se veut maintenant beaucoup plus diversifiée : de l’entretien ménager aux soins à domicile, d’hygiène et de médication ainsi que de l’aide aux courses et d’approvisionnement, etc. « On a fait ce choix organisationnel, car il coïncidait plus avec nos valeurs. Il va de soi qu’avec le vieillissement de la population grandissant et le désir des aînés de rester à leur domicile le plus longtemps possible, nous avons pris la meilleure décision », précise Martin-Charles St-Pierre, directeur général associé d’ Aide chez soi Trois-Rivières.

Travailler de pair avec le CIUSSS MCQ

Suite à la révision de leurs services, la majorité de la clientèle en perte d’autonomie ou de mobilité leur est référée par le CIUSSS. Aide chez soi encourage les personnes à aller chercher ces ressources et les services auxquels ils ont droit via le CIUSS afin qu’ils reçoivent le coup de main nécessaire de la part d’Aide chez soi sans devoir payer de frais. D’ailleurs, une agente de liaison du réseau des ÉESAD travaille avec les familles afin de s’assurer que leurs membres aînés dans le besoin ont toujours accès aux services gratuits auxquels ils ont droit.

Martin-Charles St-Pierre directeur général associé d’Aide chez soi Trois-Rivières Photo : Dominic Bérubé

L’importance du maintien à domicile

Selon Martin-Charles St-Pierre, les aînés sont envoyés beaucoup trop tôt en CHSLD. « C’est un hébergement de fin de vie, c’est aberrant qu’une personne âgée y reste pendant 10 ans. De plus, certaines de ces personnes n’ont besoin que d’environ une quinzaine d’heures de services en soin par semaine. En envoyant directement ces aînés en institution, où ils auront 100 % d’heures de service, c’est contribuer à leur perte d’autonomie », ajoute-t-il. De plus, ce n’est pas rare que des couples soient séparés ou qu’ils doivent laisser beaucoup derrière eux sans avoir le désir de partir de leur domicile des 30 dernières années dans lequel ils sont bien.

La raison d’être d’Aide chez soi est de contrer ce fléau afin de permettre à un plus grand nombre d’aînés de rester à leur domicile en leur apportant l’aide nécessaire.

Le vieillissement au Québec, faut-il revoir le système ?

Le doute n’est plus, la pandémie actuelle a fait ressortir le triste sort réservé aux aînés dans notre société. Quand reverrons-nous le système du vieillissement ? À quand le grand virage ? Aide chez soi est une partie de la solution et un exemple à suivre en ce qui a trait au soutien apporté aux aînés qui désirent rester à leur domicile le plus longtemps possible. Selon le directeur général associé d’Aide chez soi, le vieillissement à domicile est une priorité avant tout autre projet visant les personnes âgées. Oui bonifier les soins dans les institutions est important, mais ce qui l’est plus encore est de s’assurer que les aînés n’arrivent pas trop tôt dans les CHSLD. Pour la société, tout comme pour l’économie c’est un gain qu’une personne reste le plus longtemps possible chez elle.

Il a même osé ajouter : « le gouvernement a commencé à parler d’un changement imminent à ce sujet. J’espère que ce ne sera pas seulement une promesse électorale ! C’est maintenant le temps d’agir ! »

Caisse d'économie solidaire Desjardins

 

Commentaires

Je m'abonne à l'infolettre

« * » indique les champs nécessaires

Acceptation des termes*
Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.

Je m'abonne à l'infolettre