maskinongé
M. Jean-Yves St-Arnaud, préfet de la MRC de Maskinongé et Yanick Boucher, aménagiste — chargé de projets à la MRC de Maskinongé.

La MRC de Maskinongé a adopté, à la mi-août, son premier Plan d’adaptation aux changements climatiques. Selon le document descriptif du Plan, les changements climatiques sont susceptibles d’accentuer les pluies, les inondations, les canicules, les épisodes de sécheresses ainsi que la fréquence de redoux en hiver sur le territoire de la MRC.  

Le document détaille les effets de ces événements climatiques sur cinq principaux secteurs, soit l’agriculture et les forêts, les services aux citoyens, la gestion de l’eau et des infrastructures, la gestion des sols ainsi que la santé publique. En outre, ceux-ci sont susceptibles d’entrainer des impacts élevés ou très élevés sur l’approvisionnement en eau pour les agriculteurs, la mort de bétail d’élevage, ainsi qu’un décalage des saisons qui entrainera des  pertes « catastrophiques » de revenus pour les agriculteurs.  

Le débordement de cours d’eau et des dommages aux infrastructures sont également parmi les impacts à niveau de risque élevé. Les mesures proposées pour faire face à ces enjeux sont principalement de nature préventive ou de suivi. 

Lire aussi : Marche pour le climat : Le 23 septembre… et après ?

À court terme, la MRC souhaite accompagner les producteurs agricoles dans l’adoption de bonnes pratiques pour augmenter leur résilience aux changements climatiques. Elle prévoit élaborer une stratégie de communication lors d’urgences reliées aux aléas du climat et mettre en place une ligne de soutien psychologique pour les citoyens. Sur le plan des infrastructures, elle veut mieux identifier les zones à risque de surverse dans les cours d’eau, élaborer différents plans d’urgence et favoriser l’installation de toits végétalisés.  

Je m'abonne à l'infolettre

« * » indique les champs nécessaires

Acceptation des termes*
Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.

Je m'abonne à l'infolettre