Marche pour le climat à Trois-Rivières en 2019. Photo : Mathis Vallerand

Une grande marche pour le climat aura lieu ce samedi 23 avril à Trois-Rivières. L’initiative de cinq étudiants et étudiantes en techniques de travail social au Cégep de Trois-Rivières veut mobiliser la population autour des enjeux climatiques globaux et interpeller la ville de Trois-Rivières sur des actions concrètes à prendre localement pour agir face aux changements climatiques.

Selon les organisateurs et organisatrices, la démarche vise à faire passer de la parole aux actes les décideurs des instances gouvernementales de tous les niveaux : fédéral, provincial et municipal.

Un groupe d’étudiant(e)s organise cette action sociale dans le cadre d’un cours en intervention sociale. Il s’est associé au Comité de Solidarité/Trois-Rivières et à la Coalition citoyenne Terre précieuse pour diffuser l’événement auprès de la population trifluvienne et de la Mauricie. Les élèves des écoles secondaires et les décideurs politiques du milieu sont aussi invités à prendre part à l’initiative.

Le rassemblement des manifestants aura lieu le samedi 23 avril 2022 à compter de 13 h devant le pavillon Albert-Tessier de l’Université du Québec à Trois-Rivières (devant les cubes). Le trajet de 4,5 km passera par le boulevard des Forges pour se terminer au cœur du parc Champlain, au centre-ville de Trois-Rivières. Une escorte policière accompagnera les participant(e)s.

Itinéraire prévu pour le 23 avril 2022

Urgence climatique, décroissance et protection des terres humides

Les manifestant(e)s interpellent les élu(e)s sur cinq revendications. « Au départ, nous sommes partis des revendications générales des marches pour le climat antérieures dans la région », explique Jérémie Marcouiller-Thériault, étudiant de deuxième année en technique de travail social. « Nous avons vite réalisé qu’il y avait aussi des enjeux locaux qui nous interpellaient beaucoup, comme la préservation des milieux humides du développement industriel qui est prévu ici, à Trois-Rivières. »

Au moment où le dernier rapport du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) nous donne à peine trois ans pour réaliser des changements radicaux dans nos modes de vie, le sujet de la décroissance économique est aussi devenu un incontournable.

Lire aussi : Un congé maladie pour le Jour de la Terre

La population est donc invitée à venir marcher pour réclamer :

  1. L’état d’urgence climatique visant à orienter tous les moyens humains et financiers vers l’atteinte de la carboneutralité en 2030 au Canada.
  2. L’amorce d’un arrêt des activités d’exploitation et d’exportation de combustibles fossiles.
  3. L’amorce d’une décroissance économique visant à atteindre un état d’équilibre entre nos besoins socio-économiques et les limites de ce que la planète peut offrir.
  4. Que le conseil municipal de la ville de Trois-Rivières statue pour une protection durable des terres humides (marais et marécages) de la municipalité et décrète un moratoire pour tout développement pouvant affecter la flore et la faune de ces zones très précieuses pour l’environnement et l’avenir de la planète.
  5. Que la ville de Trois-Rivières élabore et mette en place un plan significatif de reforestation urbaine.

La dernière manifestation pour le climat à Trois-Rivières en septembre 2019 avait rassemblé plus de 4000 personnes, selon les informations rapportées par les médias.

Il est possible de consulter la page Facebook de l’événement pour en connaître les détails.

Je m'abonne à l'infolettre

« * » indique les champs nécessaires

Acceptation des termes*
Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.

Je m'abonne à l'infolettre