Par Samuel Charpentier, décembre 2016

Les bibliothèques nous donnent accès à d’innombrables œuvres culturelles et pédagogiques. Elles sont à la fois sources de progrès et témoins de sociétés progressistes. Crédits : Dominic Bérubé

Les bibliothèques nous donnent accès à d’innombrables œuvres culturelles et pédagogiques. Elles sont à la fois sources de progrès et témoins de sociétés progressistes.
Crédits : Dominic Bérubé

Il suffit de franchir la porte de l’une des cinq bibliothèques de Trois-Rivières pour plonger au cœur d’un univers fantastique. En passant par les rayons des romans, des documentaires, des périodiques et des albums jeunesse, nous traversons les siècles, nous voyageons autour du globe. En effet, les multiples ouvrages présents dans ces lieux permettent aux citoyens de s’immerger dans leur propre monde. Les lettres deviennent des mots, ces mots deviennent des phrases et ces phrases deviennent des idées. Ces idées façonnent notre pensée et notre manière d’agir, notre manière d’être.

Si nous jetons un regard au-dessus de notre épaule, nous constatons que nous ne pouvons échapper au passé. Les années nous rattrapent et forgent notre avenir. Se perdre dans les livres nous aide à comprendre pourquoi le monde est tel qu’il est aujourd’hui. Ce sont les Tremblay, Ringuet et Nelligan qui ont modelé le paysage québécois. Nous avons le devoir de nous souvenir d’eux et de leurs idéaux.

Certains pourraient croire que l’arrivée du Web 3.0 tue à petit feu l’espérance de vie des bibliothèques municipales, mais elles sont résilientes. Mettez un pied dans la bibliothèque Gatien-Lapointe, au centre-ville de Trois-Rivières et vous constaterez que les services offerts aux Trifluviens sont adaptés. Ordinateurs, tablettes électroniques et films élargissent nos possibilités de divertissement. Ces services sont gratuits pour les citoyens, alors pourquoi s’en passer ?

Qu’en est-il des jeunes ? « Ils sont paresseux », « Ils ne font rien de leur journée ». Ces phrases sont quelques exemples des stéréotypes à leur égard. Pourtant, quelque 750 enfants ont participé au club de lecture de l’été 2016, où j’étais moi-même animateur. Âgés entre 3 et 12 ans, ces enfants ont l’occasion d’expérimenter le jeu et la lecture dans un environnement favorable à l’apprentissage. Futurs citoyens, ils se doivent de développer leur pensée critique et leur souveraineté intellectuelle afin de faire face aux enjeux de ce monde. Immigration, guerre et pauvreté, ce n’est que la pointe de l’iceberg des problématiques mondiales auxquelles ils seront confrontés.

Penser par soi-même de façon critique n’est pas acquis par tous, mais avoir accès à l’information est un outil important pour parfaire ses connaissances. Lorsque le philosophe Francis Bacon a mentionné : « Le savoir, c’est le pouvoir », il comprenait d’ores et déjà que les humains possédaient une clé qui leur permettait d’ouvrir une porte sur l’univers. Les bibliothèques nous permettent justement d’obtenir cette clé, d’accéder au savoir et à la culture. Si ce n’est pas déjà fait, empressez-vous de vous abonner aux bibliothèques de votre municipalité !

Commentaires

Je m'abonne à l'infolettre

« * » indique les champs nécessaires

Acceptation des termes*
Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.

Je m'abonne à l'infolettre