Photo : Dominic Bérubé

Alors que nous entamons la dernière ligne droite de cette année, il est important de jeter un regard critique sur l’évolution du mouvement de l’équité, de la diversité et de l’inclusion (EDI) au sein de notre collectivité. L’année écoulée a été marquée par des avancées significatives, mais elle a également mis en lumière des domaines où des améliorations peuvent encore être apportées.

Les réalisations notables

L’une des réalisations les plus notables de cette année a été la croissance de la sensibilisation à l’importance de l’EDI. Les discussions sur ces questions ont gagné en visibilité, incitant les individus, les entreprises et les organisations à réfléchir à leur rôle dans la création de communautés plus inclusives. Les initiatives locales axées sur l’EDI ont fleuri, des événements communautaires axés sur la diversité culturelle ont été organisés, des entreprises ont mis en place des politiques en EDI et des efforts ont été déployés pour sensibiliser la population aux défis auxquels sont confrontées les personnes issues des groupes historiquement marginalisés. L’inclusion a également trouvé sa place dans le domaine éducatif, avec des écoles proposant des ateliers sur les diversités à la communauté étudiante et au corps professoral. Aussi, on a publié plusieurs ouvrages destinés au grand public et traitant de divers sujets, notamment les biais cognitifs en milieu de travail.

 

Les défis persistants

Cependant, cette année n’a pas été exempte de défis. Malgré les progrès, l’EDI demeure un terrain où des améliorations sont nécessaires. En effet, les disparités économiques persistent puisque le salaire moyen horaire des femmes est de 29,29 $, tandis que celui des hommes s’élève à 32,54 $, selon l’Institut de la statistique du Québec. Et c’est sans parler du salaire des femmes racisées ou handicapées qui est encore moins élevé, lorsque celles-ci réussissent à décrocher un emploi  ! L’EDI doit aussi s’implanter dans le domaine des institutions sportives. Que ce soit pour accueillir des athlètes trans ou vivant avec un handicap, ces organisations ne sont actuellement pas prêtes et n’ont pas les outils nécessaires. Il faut donc continuer à offrir des formations et de l’accompagnement pour que chaque jeune athlète puisse pratiquer un sport et se développer pleinement.

Vers l’année à venir

À mesure que nous approchons de l’année à venir, il est crucial de maintenir l’élan du mouvement d’EDI. Les réussites de la présente année peuvent servir de fondement solide pour des initiatives futures, tandis que les défis soulignent la nécessité de continuer à faire preuve de vigilance. Le dialogue ouvert sur l’EDI doit se poursuivre, encouragé par une écoute active et une volonté de remettre en question les normes établies.

Bien que l’interdiction de discriminer une personne sur la base de son identité ne date pas d’hier, plusieurs personnes issues des groupes historiquement marginalisés vivent de la discrimination et du harcèlement chaque année. Par exemple, l’orientation sexuelle est un motif interdit de discrimination depuis 1977, mais cela n’empêche pas que 65 % des personnes provenant de communautés de la diversité sexuelle et de la pluralité des genres disent avoir vécu du harcèlement au travail, selon un sondage mené en 2021 par la fondation Émergence. Les actions en EDI constituent donc des piliers fondamentaux pour forger des sociétés justes et égalitaires ; ce n’est pas une simple formalité, mais plutôt une nécessité continue pour lutter contre les discriminations, même si celles-ci sont déjà interdites par la loi.

En effet, les activistes qui militent pour l’EDI reconnaissent que la simple interdiction légale ne suffit pas à éradiquer les préjugés, les stéréotypes et les biais cognitifs profondément enracinés dans la société. Leurs actions visent à aller au-delà de la conformité avec la loi pour créer des environnements où la diversité est célébrée, où l’inclusion est la norme et où l’équité devient accessible à tout le monde. De plus, il est à mon avis d’une importance capitale de maintenir un regard critique sur les actions entreprises par les organisations en matière d’EDI. Bien que plusieurs affichent des engagements envers ces valeurs, il est essentiel d’évaluer l’efficacité de leurs initiatives. Une telle analyse permet de s’assurer que ces engagements ne restent pas de simples déclarations de principe, mais se traduisent par des actions tangibles et durables.

Je m'abonne à l'infolettre

« * » indique les champs nécessaires

Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.

Je m'abonne à l'infolettre