Élizabeth Leblanc-Michaud – Culture – août 2021

Tout le mois d’août, l’Atelier Silex invite la population à venir découvrir l’exposition rétrospective de l’œuvre de l’artiste Marquis Poulin, décédé prématurément en novembre 2019 des suites d’une longue maladie, et auquel le fils, Alexandre Poulin, tenait à rendre hommage.

Alexandre Poulin, fils de Marquis Poulin et commissaire de l’exposition rétrospective de l’œuvre de celui-ci présentée jusqu’au 31 août à l’Atelier Silex. – Photo : La Gazette de la Mauricie

Bien qu’originaire de la Beauce, Marquis Poulin (1965-2019) a vécu presque toute sa vie adulte en Mauricie. Il y a fait ses études, y a fondé sa famille et y a réalisé une part importante de sa production artistique. Peu connu du grand public, il a pourtant marqué le paysage artistique québécois en créant des sculptures publiques empreintes de sensibilité et d’audace, exposées de La Tuque à Saint-Georges, en passant par Trois-Rivières et Saint-Germain-de-Grantham.

« Mon père jouait tout le temps avec le risque, fait remarquer son fils. Ses œuvres sont souvent fragiles. Gigantesques. Difficilement déplaçables. Suspendues dans le vide, la plupart sont faites avec des matériaux qui ne vont habituellement pas ensemble, comme le verre, le bois et le métal. » – Alexandre Poulin, fils de Marquis poulin

Un artiste dédié à son art

Sculpteur, souffleur de verre et maquettiste, Marquis Poulin a consacré toute sa vie à son art. Quand on lui demande quel type d’artiste était son père, Alexandre abonde en ce sens : « La création, c’était pour lui une vraie passion. C’était maladif. Viscéral. Il était tellement perfectionniste ! ».

Le goût du collectif

Ne créant que rarement seul, Marquis adorait les projets collectifs. Nombre de ses œuvres ont d’ailleurs été conçues en collaboration avec d’autres artistes. Croyant comme son père au pouvoir du travail d’équipe, Alexandre a décidé de s’entourer de proches ami.es pour faire de l’exposition ce qu’il qualifie de « travail d’amour et d’amitié ». Comme quoi la pomme ne tombe jamais loin de l’arbre.

Hommage posthume

Dans l’univers de Marquis Poulin est la première exposition en hommage au travail du créateur. Son fils critique d’ailleurs la fâcheuse tendance à n’honorer nos artistes qu’à l’approche de leur mort : « On attend trop souvent que les artistes soient morts ou très malades avant de leur rendre hommage, alors qu’on devrait le faire davantage de leur vivant. » Alexandre espère qu’il en sera un jour autrement.

Un deuil à faire

Pour le jeune commissaire, la création d’une exposition rétrospective de l’œuvre de son père fait partie intégrante de son processus de deuil. L’expérience ayant été pour lui aussi enrichissante qu’éprouvante, il avoue trouver aujourd’hui « quelque chose de libérateur » à présenter enfin le fruit de plusieurs mois de dur travail. Désirant continuer à faire connaître l’œuvre de son père, il aimerait pouvoir un jour présenter l’exposition en Beauce, région qui a vu naître et mourir son père.

Commentaires

Je m'abonne à l'infolettre

« * » indique les champs nécessaires

Acceptation des termes*
Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.

Je m'abonne à l'infolettre