économie finance durable

Si de plus en plus de personnes se demandent comment contribuer à améliorer le sort de la planète, beaucoup se tournent vers les placements dans la finance durable et responsable. Or, quels sont les critères qui permettent d’établir qu’un placement est respectueux de l’environnement et des droits humains ? Qu’en est-il réellement de la fiabilité de ces types de placement ?

La finance durable et responsable désigne les activités financières qui tiennent compte de certains critères environnementaux, sociaux et de gouvernance des entreprises (ESG). Comme facteur environnemental, il peut s’agir du seuil lié à l’empreinte carbone d’une entreprise. Quant au facteur social, il peut concerner le niveau des conditions de travail et le respect des droits humains. Enfin, la bonne gouvernance peut avoir trait aux salaires des hauts dirigeants par rapport à l’ensemble des salariés, à la corruption, ou à la stratégie fiscale de l’entreprise. Notons que certains placements durables et responsables évitent complètement les énergies fossiles, les fabricants d’armes, ou toute entreprise qui ne respectent pas les droits humains et environnementaux dans les populations touchées.

Une popularité grandissante 

Depuis les années 2010, la finance durable et responsable connaît une envolée importante. À l’échelle mondiale, les investissements sur la base des critères ESG ont atteint un record de 859 milliards $ américains en 2021, soit le tiers de tous les investissements mondiaux [1]. Quant aux actifs mondiaux, soit la valeur totale des placements durables, ils se sont élevés à 48 000 milliards $ américains en 2020, ce qui représente le tiers du total des actifs dans le monde [2]

À l’échelle canadienne, de tels actifs totalisaient 3 100 milliards de dollars canadiens en 2021 [3]. Au Québec, la valeur de ces placements atteignait 1 350 milliards $ en 2022 [4], soit une hausse considérable par rapport à 350 milliards de dollars en 2016 [5].

Les moteurs de cette croissance

Selon l’Association pour l’investissement responsable, la crise climatique est un moteur important de la croissance de l’investissement durable, pour la simple raison que la prise en compte des facteurs ESG contribue à réduire les risques financiers. En effet, comme le réchauffement climatique provoque des tempêtes, des sécheresses et des inondations plus graves qui causent des pertes de plusieurs milliards de dollars chaque année, investir dans les énergies renouvelables constitue une alternative prometteuse. Cela est d’autant plus vrai que des centaines de milliards de dollars par an devront être investis d’ici à 2030 pour effectuer la transition énergétique. Ainsi, les entreprises durables sont plus susceptibles de remporter des contrats, de réduire les coûts en utilisant moins de ressources et d’éviter de perdre de l’argent sur d’anciens processus à forte intensité de carbone.  

Lire aussi : Doit-on en finir avec le pétrole des sables bitumineux ?

C’est pourquoi huit fonds d’investissement durables sur 10 ont obtenu de meilleurs résultats que les fonds non basés sur des critères ESG en 2020. En plus de verser des dividendes plus élevés, les entreprises ayant des notes ESG élevées ont aussi enregistré des augmentations plus fortes de leurs actions au cours des cinq dernières années [6]. Sur une échelle beaucoup plus vaste, des chercheurs qui ont évalué 10 723 fonds n’ont trouvé aucune différence significative entre les rendements des stratégies ESG et ceux des stratégies traditionnelles [7].

L’écoblanchiment

Compte tenu de la faiblesse réglementaire dans la finance responsable, l’écoblanchiment est très présent dans le monde financier. Cette stratégie qui consiste à verdir l’image d’une entreprise, propage des informations fausses ou trompeuses sur son impact écologique. Les Autorités canadiennes en valeurs mobilières constataient en 2022 que plus de la moitié des fonds examinés avaient omis de fournir de l’information détaillée sur les facteurs ESG dans leur stratégie de placement, de sorte qu’un cinquième des placements semblaient être en contradiction avec leur nom, leurs objectifs ou leurs stratégies de placement. 

L’écoblanchiment est un phénomène mondial. Selon une enquête menée par le Réseau international de contrôle et de protection des consommateurs, 40 % des prétentions écologiques publiées en ligne pourraient tromper les consommateurs. Même constat à l’échelle de l’Union européenne, où une étude a révélé que 42 % des sites Web d’entreprises contenaient des allégations exagérées, fausses ou trompeuses, qui étaient susceptibles d’être qualifiées de pratiques commerciales déloyales

Ces données expliquent pourquoi la méfiance et les inquiétudes liées à l’écoblanchiment sont passées à la première place en 2022 en tant qu’obstacle le plus important à la finance durable et responsable.

Comment s’informer ? 

Il est donc important de s’informer sur les types de placements durables et responsables, et ainsi éviter de se faire piéger par l’écoblanchiment. Pour ce faire, il est fortement recommandé de poser des questions précises à votre conseiller financier, et d’entreprendre des recherches sur les placements proposés. Il existe également des sites spécialisés qui évaluent et comparent le respect des facteurs ESG par les fonds de placement.

 

Sources

[1] World Economic Forum, What is sustainable finance and how it is changing the world, January 20, 2022. 

[2] Carole Le Hirez, 5 raisons d’inclure les ESG dans votre pratique, Finance et investissement, 7 novembre 2022.

[3] Association pour l’investissement responsable, Rapport de tendances de l’investissement responsable pour 2022, Novembre 2022.

[4] Finance Montréal, 3 novembre 2021 (https://www.finance-montreal.com/fr/declaration

[5]  X. Hubert Rioux, Portrait 2020 de la finance responsable au Québec, IRÉC.

[6] World Economic Forum, What is sustainable finance and how it is changing the world, January 20, 2022.

[7] Kristen Mayne, Quelle est la différence entre placements éthiques et placements ESG ? 13 septembre 2022. (https://www.sunlife.ca/fr/placements/5-questions-sur-les-placements-ethiques/)

Je m'abonne à l'infolettre

« * » indique les champs nécessaires

Acceptation des termes*
Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.

Je m'abonne à l'infolettre