Par Ivan Alonso Suaza, décembre 2016

Ces gens semblables à des Pères et Mères Noël, mais présents tout au long de l’année, offrent leurs cadeaux précieux dans les communautés partout autour du monde. Pas besoin d’envoyer une lettre au Pôle Nord pour les joindre, car un appel ou un courriel suffit. Et encore mieux, leurs actions ne se limitent pas qu’aux enfants.

Je ne parle pas de lutins ni de fées de Noël, mais bien de gens comme vous et moi qui ont décidé de créer une différence au sein de leur communauté par le bénévolat. Oui, des bénévoles qui donnent leur temps sans compter et qui déploient de l’énergie à la tonne pour faire avancer la mission d’un organisme ou encore l’œuvre ou les projets d’une organisation.

« Lorsqu’on tient compte du bénévolat informel, le taux de Québécois ayant participé à des activités bénévoles s’élève à 79 % en 2013. »

Ce n’est pas pour rien qu’en 1985, l’Assemblée générale des Nations Unies (ONU) a institué le 5 décembre comme la Journée internationale des bénévoles (JIB), afin de reconnaitre l’importance du travail bénévole dans toutes les sphères de la vie ainsi que l’incidence des bénévoles dans le développement économique et social des communautés.

Selon Statistique Canada, les bénévoles canadiens ont effectué environ 1,96 milliard d’heures de bénévolat en 2013. Au Québec, 32 % de la population de 15 ans et plus s’engage officiellement auprès d’organismes. Cependant, lorsqu’on tient compte du bénévolat informel, le taux de Québécois ayant participé à des activités bénévoles s’élève à 79 %.

Les bénévoles apportent donc une contribution significative dans la société. Ces personnes incroyables sont présentes pour contribuer aux changements sociaux positifs et combattre les changements néfastes pour leurs pairs. Évidemment, le bénévolat évolue selon les besoins de la société. Il suffit de se situer en Nouvelle-France au XVIIe siècle. En effet, les cultivateurs unissaient leurs efforts pour accomplir le travail essentiel à leur survie, des gestes bénévoles qui traduisent les premiers exemples tangibles d’entraide au sein de cette nouvelle nation. À la même époque, en 1688, Mgr de Laval organisait le premier « Bureau des pauvres ». Depuis, l’entraide bénévole est passée des mains des communautés religieuses à la population générale pour ensuite devenir un outil de changement social, politique et économique, une activité où convergent des gens de croyances, d’orientations politiques, de niveaux socio-économiques et d‘origines ethniques variés; avec une motivation et des intérêts différents, mais tous tellement importants.

Aujourd’hui, on retrouve l’empreinte des bénévoles dans le sport, l’organisation d’événements, les conseils d’administration, les banques alimentaires, les journaux communautaires, les organismes sans but lucratif, les campagnes de financement, etc. La liste est longue et variée.

Rien de mieux en cette période de l’année où tout le monde ne pense qu’aux cadeaux matériels pour remercier nos bénévoles. Il faut saluer la valeur inestimable du temps, du talent et de la passion que les bénévoles offrent à la collectivité pour participer à la réalisation de changements positifs dans la vie des individus et des organisations. De vrais cadeaux pour nous tous. Tout simplement : merci!

Commentaires

Je m'abonne à l'infolettre

« * » indique les champs nécessaires

Acceptation des termes*
Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.

Je m'abonne à l'infolettre