En octobre 2022, les éditions Laska, une coopérative franco-québécoise cofondée par la Trifluvienne Marie-Janne Breton, publieront leur tout premier roman. Il mettra en scène des personnages authentiques et diversifiés qui transgressent les stéréotypes.

Créer des personnages variés 

Lorsqu’on discute avec Marie-Janne Breton, on réalise à quel point la vie d’une étudiante-entrepreneure peut être chargée. En plus d’effectuer une maîtrise en lettres en recherche-création à l’Université du Québec à Trois-Rivières, la Trifluvienne de 27 ans termine un certificat en révision professionnelle à l’Université Laval, prépare le lancement du premier roman des éditions Laska et retravaille le premier tome d’une duologie de fantasy pour la jeunesse qui paraîtra aux éditions Lux&Nox.

« Je me rends compte que, dans ma création, les personnages sont plus importants que l’univers, même s’il s’agit d’un univers inventé. J’aime créer des personnages diversifiés et imaginer leurs relations. »

Les personnages qu’elle met en scène « n’ont pas eu la vie facile », dit-elle. Toutefois, la jeune autrice précise qu’il ne s’agit pas d’un roman sombre. Avec celui-ci, Marie-Janne veut contribuer à la déstigmatisation de l’anxiété et combattre les préjugés. Comme elle le mentionne, la diversité des personnages « est de plus en plus recherchée. On se rend compte dans le milieu que la littérature perpétue de vieux schémas et stéréotypes qui ne correspondent plus à notre réalité ».

Une maison d’édition coopérative

Ce fut une totale surprise pour Marie-Janne lorsqu’elle reçut un matin un courriel lui demandant si elle voulait participer à la création d’une nouvelle maison d’édition. Les éditions Laska consistent en une coopérative fondée en avril 2022 qui compte cinq fondatrices-employeuses : deux Françaises et trois Québécoises, toutes autrices. Marie-Janne précise qu’« elles travaillent en symbiose » et que toute décision doit faire l’unanimité.

Marie-Janne Breton

Pour l’autrice et éditrice Marie-Janne Breton, il est temps de créer des personnages de fiction qui sortent des carcans traditionnels, des personnages qui parlent aux lecteurs d’aujourd’hui. Crédits : Gracieuseté de l’autrice

La maison d’édition publie tout ce qui n’est pas de la littérature « blanche », que ce soit de la science-fiction, du fantastique, de la fantasy, de l’aventure ou de la romance, pour adulte. Leur ligne éditoriale est claire : les romans publiés doivent mettre l’accent sur les relations interpersonnelles, aussi bien amoureuses, familiales qu’amicales, sur l’évolution du récit et de ses personnages, et comprendre  une fin positive.

« Les gens ne comprennent pas toujours ce que l’on veut dire par “fin positive”. On ne veut pas nécessairement une fin heureuse, mais on veut que l’arc narratif soit positif, qu’il y ait un brin d’espoir à la fin. On ne veut pas que cela se termine par un meurtre de masse, dit Marie-Janne en riant. On désire que les lecteurs, lorsqu’ils ferment leur livre, ne se sentent peut-être pas sur un petit nuage, mais qu’ils ne voient pas tout en noir. »

Parmi les valeurs promues par les éditions Laska, l’inclusivité, la diversité, la passion, la transparence et l’authenticité ont une place de choix. Comme le dit la jeune éditrice, « le nombre de fois où on a entendu des auteurs et des autrices raconter qu’ils se sont fait dire par de grandes maisons d’édition qu’ils pouvaient retirer le couple gai de leur histoire parce que cela n’apportait rien au récit… On en a un petit peu gros sur la patate de cela ».

Une première publication

C’est avec entrain que Marie-Janne parle du premier roman que publieront les éditions Laska en octobre 2022. Intitulé Murmures funèbres, il présente un récit fantastique qui parle de la mort, du deuil, de fantômes et de maladie mentale, tout en mettant en scène une thanatologue qui « découvre qu’il y a peut-être plus dans son travail que ce qu’elle perçoit ». Écrit par la Québécoise Nastassia Charest, le roman d’environ deux cents pages est disponible en précommande sur la plateforme de sociofinancement Ulule jusqu’au 1er juillet.

Ce roman « sort du schéma normal du couple hétéro blanc », explique Marie-Janne. Il met de l’avant des personnages forts qui évoluent et qui font preuve d’agentivité, c’est-à-dire qu’ils ont la capacité d’agir sur le monde et de le faire changer.

Je m'abonne à l'infolettre

« * » indique les champs nécessaires

Acceptation des termes*
Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.

Je m'abonne à l'infolettre