Crédit photo: Culture Trois-Rivières

Avec les temps qui courent, certaines personnes ont peut-être l’impression que les paysages se délaissent de leurs couleurs. Les jours d’hiver sont courts, froids et blancs, mais il semblerait qu’à travers l’exposition colorier, colorer, couleurer au Centre d’exposition Raymond-Lasnier, les couleurs reprennent leur place. L’exposition, qui sera présentée à nouveau du 12 février au 3 avril 2022, invite les enfants à mettre de la couleur sur des œuvres d’art blanches… pour allumer des éclats multicolores dans leurs yeux par la même occasion.

Remettre de la couleur dans des petits univers

L’exposition itinérante colorier, colorer, couleurer a été conçue et réalisée par l’équipe des arts visuels de Culture Trois-Rivières. Le projet, unique en son genre au Québec, en est à son cinquième arrêt sur neuf prévus dans cette tournée d’une durée de vie de cinq ans.

Crédit photo: Culture Trois-Rivières

Le concept est simple mais frappant : des œuvres d’art installatives entièrement blanches sont exposées dans le but que les jeunes (et moins jeunes) replacent des éléments colorés ou ajoutent de la couleur sur leur structure. Par exemple, des légumes abstraits se font replanter dans un potager et un jardin blanc de fleurs pourra être colorié par des petites mains. Le processus s’inscrit dans une mission de démocratisation de l’art, avec une formule résolument participative.

Toutes les œuvres ont été réalisées par des artistes évoluant à Trois-Rivières, dont l’autrice Diane Longpré, qui a écrit l’histoire Tirer ses ficelles (illustrée par Frédérique Guichard), le fil conducteur de l’exposition. Parmi les artistes visuels, on compte Suzie Bergeron, Ève Tellier-Bédard, Valérie Morrissette, Geneviève Baril, Martin Brousseau et le duo de Kevin et Brian Pott de Cinetic.

Trois façons de colorier

L’une des idées maitresses du projet a été un grand désir d’accueillir tous les types de créativité chez les enfants. L’équipe en est venue à trois portraits différents liés à l’acte de création: les enfants qui colorient, ceux qui colorent et ceux qui couleurent.

La directrice des arts visuels, Marie-Andrée Levasseur, a des étoiles dans les yeux en disant : « Colorier, c’est être dans les lignes, faire les choses comme il faut, de la bonne façon, comme il se doit. Colorer, c’est un peu déborder, dépasser, mais en se permettant une petite folie créative. Couleurer, c’est en dehors des lignes, comme ça te tente, comme tu veux. »

Avec l’installation de l’arbre, par exemple, l’équipe a vu des enfants aller placer les feuilles aimantées sagement sur les branches, d’autres en disposaient sur le tronc, alors que certains lançaient les feuilles, qui venaient se plaquer sur la structure. À chaque enfant, une manière différente mais valide de vivre la création.

Les enfants replacent des feuilles colorées comme ils le souhaitent. Crédit photo: Culture Trois-Rivières

Des adultes pris au jeu

L’exposition s’adresse principalement aux enfants de 3 à 10 ans, mais elle renferme un potentiel de transformation à tous les âges. Marie-Ève Bérubé, responsable des expositions, en est convaincue : « Je pense que cette expo peut faire une différence auprès des enfants, mais aussi auprès des parents dans leur façon d’interagir avec leurs enfants. »

Plusieurs adultes, aussi, viennent seuls fouler le plancher du Centre d’exposition Raymond-Lasnier : « Il y avait un monsieur, d’environ 80 ans, et il a avoué au guide que c’était la première fois qu’il coloriait de sa vie», se remémore Marie-Andrée Levasseur.

Lisez aussi: Rendez-vous des cinémas du monde – Les oiseaux ivres

Pour un retour à la couleur normale

Une telle exposition — dont les œuvres sont désinfectées rigoureusement — arrive à point nommé, selon Marie-Ève Bérubé : « Ça va être nécessaire comme exposition à ce moment-ci, quand la vie commence à reprendre son cours normal, alors qu’on est habitué d’être dans une bulle. C’est le fait de se dire: « J’ai le droit de toucher! » » Et le droit d’être touché par l’art, quant à lui, reste toujours aussi essentiel.

La 2e salle du Centre d’exposition Raymond-Lasnier est consacrée à un espace de médiation culturelle avec les enfants, avec un coin de jeu, des dessins et autres activités complémentaires telles que l’atelier thématique Expose ta couleur. L’album illustré Tirer ses ficelles est disponible à la bibliothèque Gatien-Lapointe et sur place à la salle d’exposition. Pour plus d’informations, rendez-vous sur le site de Culture Trois-Rivières.

Je m'abonne à l'infolettre

« * » indique les champs nécessaires

Acceptation des termes*
Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.

Je m'abonne à l'infolettre