qw4rtz
Le groupe trifluvien QW4RTZ était de passage cet été au Festivoix. Photo : Magali Boisvert

Le 19 novembre prochain, les murs de la Salle J.-Antonio-Thompson réverbéreront les harmonies de quatre voix qui produiront, sans autre instrument, toute la musique jouée sur scène. Ce type de performance musicale, dite a cappella, est un genre habituellement marginal dans le monde francophone. Exception faite, apparemment, du groupe trifluvien QW4RTZ qui, après un marathon de répétitions, prépare un coup de circuit avec son nouveau spectacle, A Cappella Héros.

Un quatuor a cappella

Le groupe fièrement trifluvien, qui a d’ailleurs signé plusieurs campagnes publicitaires sympathiques pour la ville de Trois-Rivières, fera un arrêt dans son patelin au milieu de sa tournée québécoise. Le public aura peut-être eu vent de leur passage remarqué au dernier Festivoix, de leurs capsules web reprenant des thèmes musicaux d’émissions jeunesse avec l’humoriste Arnaud Soly ou encore de leur présence à la mouture française de America’s Got Talent qui les a menés à la demi-finale.

Se décrivant comme « LE groupe a cappella pop du Québec », l’ensemble est composé de Philippe Courchesne Leboeuf, François « Fa2 » Dubé, François Pothier Bouchard et Louis Alexandre Beauchemin. À quatre voix, les athlètes vocaux réussissent à couvrir l’étendue des notes des chansons qu’ils reprennent, y compris les mélodies qui font office d’instrumentaux.

QW4RTZ vise l’Everest

Leur secret? Le travail. Le ténor, François Pothier Bouchard, confie : « On a déjà demandé à d’autres chanteurs si ça leur tentait d’être dans un groupe a cappella et je me rappelle la réponse d’un très, très bon chanteur, un ténor que j’admire énormément, qui disait : “C’est parce que c’est tellement de travail, de l’a cappella… C’est tellement long avant d’arriver à une chanson qui fonctionne, c’est tellement de répétitions…” » 

Lire aussi : Perséide et You Said Strange au Frida : Du rock à faire fondre la glace

Les quatre membres de la formation avouent être des bourreaux de travail, afin d’arriver aux résultats escomptés. « Même dans les numéros qu’on bâtit, sur scène, on aime se mettre en danger, se donner des défis qui n’ont pas de bon sens », ajoute le chanteur.

François “Fa2” Dubé abonde dans le même sens, particulièrement dans le cadre de leur nouveau spectacle : « On essaie de pousser le plus loin possible le concept et on le sait qu’on s’est fixé présentement comme objectif l’Everest, et si on se rend au camp trois, ce sera un succès, parce qu’on a visé le sommet de l’Everest. »

Un nouveau spectacle aux défis inégalés

Philippe Courchesne Leboeuf, baryton, avance que « si on réussit à atteindre ce qu’on veut atteindre, ça va être de loin le meilleur spectacle des quatre qu’on a faits avec Serge Postigo ».

Après dix ans de collaboration avec Serge Postigo comme metteur en scène, le groupe présentera son spectacle intitulé A Cappella Héros. L’une des chansons sera inspirée du célèbre jeu vidéo Guitar Hero, et selon leurs dires, les chanteurs se sont donné un défi vocal colossal. 

Or, malgré tout le sérieux qu’impliquent les répétitions et leur perfectionnisme, le groupe se distingue avec un sens de l’humour assumé, qui se voit dans toutes leurs productions. Qu’il s’agisse de faire un vidéoclip à la James Bond, une reprise de Never Gonna Give You Up en pleine pandémie ou encore des performances aux airs gamins à France a un incroyable talent, le plaisir est au centre de l’équation.

« Le plaisir fait en sorte qu’on continue de travailler. Il y a vraiment un sentiment de fraternité dans le groupe, de famille. Il y a beaucoup, beaucoup d’écoute en a cappella, et on essaie d’en avoir tout autant dans notre vie quotidienne, même si on n’y arrive pas toujours », résume Louis Alexandre Beauchemin, le rire aux lèvres.

Je m'abonne à l'infolettre

« * » indique les champs nécessaires

Acceptation des termes*
Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.

Je m'abonne à l'infolettre